Avengers

Publié le 1 Mai 2012

 
affiche-du-film-avengers-10653856nhfdd.jpg
réalisé par Joss Whedon
25 avril 2012
2h20
scénario : Joss Whedon et Zak Penn d’après l’œuvre de Stan Lee et Jack Kirby
musique : Alan Silvestri
 
 
Robert Downey Jr (Tony Stark/Iron Man)
Chris Evans (Steve Rogers/Captain America)
Mark Ruffalo (Bruce Banner/Hulk)  
Chris Hemsworth (Thor)
Tom Hiddleston (Loki)
Scarlett Johansson (Natasha Romanoff/La Veuve noire)
Jérémy Renner (Barton/Hawkeye)
Samuel L. Jackson (Nick Fury)
Clark Gregg (Agent Coulson)
Cobie Smulders (Agent Maria Hill)
Stellan Skarsgård (Dr Erik Selvig)
Gwyneth Paltrow (Pepper Potts)
         
  Je me rendais à la séance des Avengers sans craindre d’être déçue, mais avec cependant quelques appréhensions. Au final, elles ont toutes été balayées.
  J’espère que contrairement à Thor, où mon engouement « à chaud » avait rapidement fait la place à un avis plus modéré (sans réelle déception toutefois), mon enthousiasme pour Avengers restera intact. Mais 3h après la séance, je ne trouve toujours rien à redire. Je suis entièrement conquise. C’en est même jouissif.
 
  Il faut juger Avengers pour ce qu’il est : du pur divertissement. La mission est accomplie, avec les honneurs. Du fun, il y en a de quoi peupler tout Asgard, mais pas seulement. Pendant 2h20, j’ai oublié qui j’étais, où j’étais, ce que j’avais pu faire les heures auparavant. Ce fut une parenthèse enchantée, drôle, émouvante quelquefois, talentueuse, maîtrisée, rythmée, grandiose. Culte avant tout.
  L’intrigue en elle-même reste très simple : Loki, par désir de vengeance et soif de pouvoir, veut dominer la Terre. Il s’allie à des créatures extraterrestres, les Chitauris,  qui demandent en échange la maîtrise de l’univers par le biais du Cube Cosmique. Face à la menace et le vol du Cube, Nick Fury, directeur du SHIELD, réunit les plus grands héros vivants pour sauver la Terre. Rien de bien compliqué en somme.
[première parenthèse sur l’univers Marvel] Ceux qui n’ont vu aucun des films Marvel (Iron Man 1&2, L’incroyable Hulk, Thor, Captain America) peuvent apprécier le film, mais risquent de passer à côté des subtilités, clins d’œil, et se trouver un peu dépourvus face à l’histoire. C’est aussi ce qui fait l’intérêt des Avengers : retrouver, réunis dans un même film, les héros que l’on a vu naître depuis 4 ans dans leurs films éponymes. Cependant, pas besoin d’être un expert en comics pour littéralement prendre son pied (j’en suis l’exemple parfait). Chacun y trouve son compte [/parenthèse refermée]
 
the avengers wallpaper
Le scénario, au départ, semble donc on ne peut plus prévisible, surtout pour 2h20 de film. Mais Joss Whedon a choisi de s’intéresser à la personnalité des héros et leur confrontation, la genèse de cette équipe. On en arrive à se focaliser avant tout sur l’humain, ce qui est assez rare pour un film de cette ampleur. D’où ma première appréhension levée : chaque personnage a droit à un traitement digne et une part de l’histoire à sa mesure ; ce qui n’exclut pas une hiérarchie (inévitable entre les héros), mais je l’imaginais beaucoup plus marquée.
  La palme, le n°1, celui qui se taille la part du lion est notre génie playboy milliardaire philanthrope préféré : j’ai nommé Tony Stark ! Sans bénéficier d’un temps de présence plus grand à l’écran, chacune de ses répliques est cultissime, et le charisme de Robert Downey Jr explose à chaque plan. Beaucoup d’humour et de fraîcheur, notamment dans la première scène dans la tour Stark où, en plus d’avoir le plaisir de retrouver Pepper, le film est, pour moi, réellement lancé. Tony Stark doit apprendre à partager et faire équipe, et se heurte notamment au Captain Steve Rogers : plus que 60 ans, c’est un monde qui les sépare. Les faiblesses et défauts de Tony, que l’on connaît, mais qui n’ont plus uniquement des conséquences sur lui-même, craquellent le vernis si bien lustré du play-boy. Comme le disait si bien Mr Toiles Héroïques : « Jusqu’à maintenant, Stark n’était pas un héros. Grâce à The Avengers, il le devient. Et c’est beau. ». Et RDJ est définitivement élevé au rang de génie.
     
  Steve Rogers est également très intéressant dans sa confrontation avec ce monde qu’il ne connaît plus. Sa mélancolie transparaît quelquefois dans le regard voilé de Chris Evans, mais le Captain reste lucide, son âme de soldat conduisant chacune de ses actions. Il est droit, bon, un leader charismatique et méthodique. Et vous savez quoi ? Ce courage aveugle, et par-dessus tout sécurisant, fait du bien à l’heure où la droiture semble ne plus être maîtresse de vertu.
  Bruce Banner prend le pas sur Hulk, mais le monstre vert n’en paraît que plus imposant et terrifiant lorsqu’il apparaît enfin. Mark Ruffalo est aux antipodes des rôles de séducteurs arrogants qui m’ont permis de le découvrir dans The Kids are all right et Une Arnaque persque parfaite. Ici, il nous présente un scientifique meurtri et amer face aux réactions des autres membres de l’équipe. Il semble vulnérable, presque timide, et les discussions avec Stark sont particulièrement touchantes. J’en suis parvenue à oublier Edward Norton, ce qui était loin d’être gagné au départ. S’ajoute la performance capture qui permet au personnage de Hulk de s’approcher d’un certain réalisme, d’une quasi humanité (scène hilarante avec Thor) qui manquait aux deux précédentes créatures.
  Thor est un peu l’oublié de l’équipe, il faut le reconnaître, même si la deuxième partie lui redonne un certain poids. Il paraît un peu exclu du groupe d’humains, d’abord volontairement puis par l’enchaînement des événements. Mais la relation particulière qui l’unit à Loki en fait définitivement un personnage à part, les confrontations des deux frères semblant être un prolongement à leur rivalité développée dans Thor et un prologue à Thor 2.
  La Veuve Noire, aka Scarlett Johansson, bénéficie d’une très grande place. J’avais peur qu’elle soit excessive, d’autant plus que je n’avais pas été franchement convaincue par son rôle dans Iron Man 2, mais elle semble finalement justifiée. Elle est sans conteste « l’atout charme » des Avengers, mais pas seulement. Elle est l’unique personnage réellement humain, avec ses failles, ses doutes, évoluant dans un univers qui n’est pas vraiment le sien (c’est une espionne et non un soldat) : on profite à la fois des formes et des subtilités/talents de Scarlett Johansson. Qui plus est, son histoire d’amour avec Hawkeye, juste dessinée, apporte un peu de douceur et de légèreté dans le tumulte de la bataille. Hawkeye, justement, est sauvé par la dernière partie, mais sa découverte reste réduite. Aperçu dans Thor, dévoilé ici, bientôt un véritable accueil ? On a cependant tout le temps de profiter de son talent de tireur…
  Clark Gregg est comme à son habitude excellent, mais on découvre ici une autre facette de la personnalité très professionnelle de l’agent Coulson. Sa « fanatitude » envers Captain America, surprenante mais tellement drôle, ne le rend que plus attachant. D’où l’injustice qui émane de sa mort…
  Samuel L. Jackson semble retrouver le personnage de Nick Fury comme un bon copain après quelques mois de vacances. Lui aussi laisse apparaître des points d’ombre que j’espère voir un jour développés…
  Parlons maintenant de Loki. Vil et sombre Loki, manipulateur Loki, mais bourreau ou victime ? Trahi ou traître ? N’est-il pas au final un peu dépassé par les événements ? On semble lire dans son regard des lueurs de regret, de peur, d’abandon. Mais n’est-il pas le maître de la tromperie, alors comment démêler le faux du vrai ? Tom Hiddleson, merveilleux, campe un Loki dans toute sa nuance, sa finesse, sa folie mesurée d’un des « vilains » les plus retors, les plus distingués, les plus subtils. On en regrette presque de ne pouvoir le voir plus…
 Tom-Hiddleston-The-Avengers-Loki.jpg
[deuxième parenthèse] Est-ce que se battre pour dominer le monde empêche de garder les cheveux propres ? Regardez Tony Stark : toujours parfaitement rasé et distingué. Pour Thor 2, Loki, engage un coiffeur… [/parenthèse inutile refermée]
[troisième parenthèse] Ce film est un régal pour les yeux. En plus d’être forts, intelligents et/ou courageux et/ou supers drôles, nos héros sont beaux. Robert Downey Junior, Tom Hiddleston, Chris Evans, Chris Hemsworth – et dans une moindre mesure Mark Ruffalo et Jérémy Renner… Thor n’est pas le seul à être un dieu. Et pour la gente masculine, reste Scarlett Johansson. Tout ceci, au final, ne gâte rien [/parenthèse groupie refermée]
 
Mais ce régal pour les yeux passe aussi par les scènes d’action.  Sans être une spécialiste, elles sont maîtrisées, nettes, propres, permettant de décomposer quasiment chaque mouvement. Du grand art, qui manque souvent à beaucoup de films d’action. La bataille finale est un moment d’anthologie, mêlant combats au sol et dans les airs, et alignant les plans fantastiques au-dessus de New York. La richesse et la diversité des points de vue des dialogues (Iron Man vs Loki !) et des manières de se battre donnent une autre dimension au final. Et il faut reconnaître que voir combattre ensemble Iron Man, Captain America, Hulk, Thor, la Veuve Noire et Hawkeye, c’est… Thrilling. Cultissime. Des frissons partout. L’impression d’avoir vu se concrétiser devant mes yeux la naissance d’une ère. L’ère Avengers.
 Avengers.jpg
 
   A part une légère (très légère) baisse de rythme au milieu du film, Avengers est plus qu’une réussite. Il parvient à réunir sous une même bannière Iron Man, Captain America, Hulk, Thor, la Veuve Noire et Hawkeye (il vaut mieux se le répéter pour y croire), à donner à chacun le temps de s’installer et se dévoiler au spectateur (1ère partie), à leur permettre de s’apprivoiser et de comprendre les enjeux (2e partie) avant de former réellement l’équipe, hétéroclite mais quasi invincible desAvengers (3e partie). On rit beaucoup, on prend son pied pendant les scènes d’action, on s’émeut aussi pendant les courtes pauses (très belle transition entre la 2e et la 3e partie), on frissonne devant le faux suspens de la mort ou non d’Iron Man, le tout avec subtilité et beaucoup de talent.
Sans nier l’énorme travail de Joss Whedon et un équilibre qui lui doit tout, l’intérêt d’Avengers réside beaucoup dans la pléiade d’acteurs qui compose l’équipe super-héroïque, ainsi que l’histoire que chacun partage avec son héros (corrigez-moi si je me trompe) :
 
*   Iron Man est le rôle qui a réellement relancé la carrière de Roberd Downey Junior (et se priver du talent d’un des meilleurs acteurs de sa génération aurait été du gâchis)
*   Captain America, je l’espère, va véritablement lancer celle de Chris Evans (qui le mérite)
*     Hawkeye, asseoir un peu plus la présence de Jérémy Renner (futur Jason Bourne) parmi les princes de l’action
*      La Veuve Noire, aura permis à Scarlett Johansson de développer une autre facette de son jeu d’actrice, et de prouver qu’elle est une actrice tout terrain
*      Et que les frères d’Asgard soient remerciés pour nous avoir fait découvrir Chris Hmsworth mais surtout LA révélation Tom Hiddleston
Rien que pour avoir eu la chance de profiter du talent de tous ces acteurs, je rends grâce à Avengers, et pour quand le prochain rassemblement ?
 
  
Bonus :  
Les références cachées et les secrets de la scène post générique (encore sur l'excellent site Toiles Héroïques que je vous encourage à visiter)
10 choses à savoir sur Avengers (notamment que le nom de code du film était "Calins groupés" - si c'est pas mignon !)
Un dossier très complet sur Allociné que je suis en train de parcourir !
 

Rédigé par Captain Mel

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

Fraise 18/05/2012 19:49

^^

Fraise 07/05/2012 18:51

J'aime trop ton avis !! il donne vraiment envie pour ceux qui ne l'ont pas vus.... enfin sauf les spoilers mais bon c'est pas grave du tout!
sinon j'y suis allée hier et j'ai trop aimé et ri!

Captain Mel 18/05/2012 15:43



Merci ! J'ai vu sur le forum à quel point ça t'a plu ;D



Naminé 01/05/2012 21:16

Ton avis est superbe... ce film est juste dément ! Pourtant je n'avais pas vu énormément de Marvel avant celui-ci (le premier Iron Man et... peut être un Spiderman mais c'est tout je crois). Il
vaut mieux avoir vu Thor, Hulk, et Captain America avant de le voir mais comme tu le dis ce n'est pas indispensable. Vivement la sortie en bluray !