Passe le périph d’abord !

Publié le 24 Octobre 2011

Passe le périph d’abord !

  

Documentaire réalisé par Bruno-Victor Pujebet

 

Création Canal

« Alix, Tania et Carlotta sont parisiennes. Alison, Deguene et Wafae sont clichoises. Elles ont entre 17 et 18 ans, elles sont élèves en terminale et appartiennent à deux lycées différents : Jean-Racine est à Paris, dans le 8e arrondissement et Alfred-Nobel est situé à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis et en zone d'éducation prioritaire (ZEP). Tout les sépare. Tout, c'est-à-dire le périphérique et une montagne de préjugés.

Ces jeunes filles ne se seraient jamais rencontrées si leurs lycées ne les avaient pas lancées dans une aventure pédagogique inédite : reconstituer un procès d'assises pour comprendre le fonctionnement de la justice. Ce procès, encadré par maître Jean-Pierre Mignard, un ténor du barreau de Paris, se déroule dans l'enceinte historique du Palais de justice de Paris. Les élèves y jouent tous les rôles, des accusés aux avocats en passant
par le procureur et les jurés populaires. Un exercice pratique en situation quasi réelle qui leur permet de mieux comprendre la mécanique judiciaire. Le film les a suivies pendant quatre mois. Pour nos caméras, elles ont aussi accepté de relever un autre défi : traverser le périphérique pour changer de lycée et vivre quelques jours les unes chez les autres. Les Clichoises s'installent dans les familles parisiennes, et les Parisiennes dans les familles clichoises. Il s'agit de voir en quoi, d'un côté ou de l'autre du périphérique, les vies de ces adolescentes sont si différentes... »

La reconstitution d’un procès n’est qu’un prétexte a un échange entre deux mondes différents : Paris et sa banlieue. Mais au delà du lieu géographique/du milieu/des origines, ce qui m’a semblé le plus intéressant est de rencontrer 6 ados d’aujourd’hui. Ayant moi-même 17 ans, j’étais curieuse de voir l’attitude et le regard sur le monde d’aujourd’hui de filles de mon âge autres que celles que j’ai pu rencontrer dans ma province auvergnate. Et somme toute, malgré une personnalité et une histoire propre à chacune, elles sont assez semblables. Elles partagent des expériences communes, une vie de famille, une vie entre amis et des études plus ou moins faciles à combiner. Si on passe au dessus des clichés, du montage qui ne nous permet pas de connaître vraiment ces filles (elles se défendent d’ailleurs de l’image que leur donne le film dans les commentaires de cet article), on découvre des jeunes qui rêvent à la fois d’un présent joyeux et léger, où l’on peut profiter de la vie, et d’un avenir qui leur correspondra. Mais l’image qu’elles ont du monde adulte, les désillusions et les responsabilités qui déjà peuvent leur peser, donnent parfois envie de retourner en enfance. Comme le résume assez bien l’attitude de Carlotta, qui m’a parfois semblé assez exaspérante, mais cache un profond désir de réussir dans le journalisme, et de travailler en conséquence, tout en ne voulant pas gâcher cette période de sa vie qu’on dit la plus belle de notre existence. Pour les filles du 93, la réussite est parfois le seul moyen de partir, même si, ce qui peut surprendre (mais brise une fois encore les préjugés), toutes ne veulent pas partir. Les schémas familiaux si différents montrent là encore une grande diversité présente partout : rien n’est jamais manichéen. Ce documentaire nous apprend que tout est une histoire d’humain, de personnalité et de vision différente de la vie qui fera aimer le « Paris-centre » à Alison et regretter sa famille à Wafae. Les préjugés sont aussi communs aux deux côtés, et les jugements de leurs pairs, même s’ils sont différents, pèsent souvent. Pour ces filles pas encore adultes mais qui ne sont plus des enfants, la vie n’est pas toujours facile, pétries d’envies et de contradictions, tenant par-dessus tout de briser la morosité ambiante. Un documentaire actuel et instructif, parfois même émouvant, et que je vous conseille.

 

Bonus :

La bande annonce.

Un article du Parisien avec des propos du réalisateur.

Rédigé par Captain Mel

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

Evangelia 27/12/2011 16:15

Coucou CaptainMel !

Captain Mel 31/12/2011 20:40



Salut Evangelia ! Tu es la première à laisser un commentaire sur mon blog ^^