Mon Festival de Cannes - jour 3

Publié le 17 Mai 2013

         L'heure n'était plus au sourire pour le Grand Journal... Heureusement plus de peur que de mal

L'heure n'était plus au sourire pour le Grand Journal... Heureusement plus de peur que de mal

 

Jour 1 - mercredi 15 mai

 

Jour 2 - jeudi 16 mai

 

 

 

Jour 3 - vendredi 17 mai

 

11h00 : je découvre une bonne idée de Canal + : le zapping Cannois. C'est court mais on a au moins un aperçu de ce qu'il s'est passé chaque jour, montées de marches et interviews notamment. Je retiens le bleu-blanc-rouge du costume de François Ozon, et la bouille du jeune acteur du Passé.

 

11h06 : très belle photo de la montée des marches d'Heli que je n'avais pas vue hier.

 

    © AFP / A. PIZZOLI

 

 

11h12 : je découvre que sur le site (très bien fait) du Festival de Cannes le programme du jour : en compétition officielle Le Passé d'Asghar Farhadi, avec Bérénice Béjo et Tahar Rahim et A Touch of Sin de Jia Zhangke. Je n'ai toujours pas vu Une séparation d'Aghar Farhadi bien que les éloges dont il fut l'objet me donnent envie de le découvrir ; Le Passé est donc particulièrement attendue par la profession, et si je ne suis pas une fan inconditionnelle des drames psychologiques, la finesse avec laquelle Asghar Farhadi semble peindre l'âme humaine m'intéresse. La présence de la lumineuse Bérénice Béjo y est également pour beaucoup.

 

    © F.LACHAUME (le photocall de l'équipe du Passé)

 

 

11h20 : sur le même site également, un très utile recueil des bandes annonces de tous les films de la sélection officielle.

Première a également publié un diaporama présentant brièvement les différents films en compétition.

 

11h26 : pour rêver un peu, vous pouvez retrouver toutes les photos officielles de la veille ici.

 

 

 

19h00 : une Marine Vacth, très virginale en col claudine, fait son entrée. Elle est troublante, parle peu, avec ce grain de voix particulier, éthéré, prend des poses de lycéenne, la tête posée sur le dos de sa main. Au vu de l'extrait projeté et des questions/réponses, Jeune et Jolie semble aller au-delà d'une certaine provocation, sulfureuse dans le sujet (une lycéenne décide de se prostituer volontairement - du moins, c'est ce que l'on en sait pour l'instant) et malicieuse lors de l'échange entre Marine Vacth et Frédéric Pierrot (qui joue son beau-père) dans l'extrait présenté. Il s'auréole d'une aura de mystère, mystère de cette jeune fille, mystère de l'adolescence toute entière entre tendresse et bouleversements. Voilà le véritable thème de Jeune et Jolie.

 

19h25 : je me rêve à Cannes. Sofia Coppola fait son entrée accompagnée d'Emma Watson, Taissa Farmiga, Katie Chang, Claire Julien et Israel Broussard. Ils interprètent the Bling Ring, la bande de délinquants de luxe qui cambriolèrent les maisons des stars à Hollywood entre 2008 et 2009. Les acteurs, eux, sont beaux, jeunes et talentueux (pour Emma Watson, cela ne fait aucun doute, elle était  rayonnante dans Le Monde de Charlie). Petite blague (impossible à rater) de Daphné Burki sur le cambriolage de cette nuit (vol d'un million de dollars de bijoux de la maison Chopard - le créateur, fournisseur et gardien de la Palme d'Or - destinés à être portés sur les tapis rouge).

The Bling Ring, pendant de Virgin Suicides à l'aune de la société d'aujourd'hui ? Pas forcément, mais ce qui est sûr, c'est que l'innocence n'est plus à l'ordre du jour. Et le jugement toujours pas.

 

                                      source

 

Certains questions sont intéressantes, d'autres non (la description de chaque personnage par les acteurs est un peu vaine - d'autant que même Michel Denisot s'y mélange les pinceaux), mais finalement les interviews sont trop courtes (quoiqu'elles me semblent un peu plus fournies que l'année dernière). On peut blâmer les "émissions dans l'émission" du Grand Journal (palmomètre, zapping, live...) mais qui sont intéressantes, divertissantes ou trop ancrées pour qu'on les supprime.

 

19h33 : les montées des marches. Aujourd'hui, sous le soleil, l'équipe du Passé, avec notamment Tahar Rahim et Bérénice Béjo, qui sont "nés à Cannes" selon la jolie expression de Laurent Weil (avec respectivement Un Prophète et The Artist). Sofia Coppola est une autre enfant de Cannes, elle y a même fêté ses 8 ans aux côtés de son père, Francis Ford Coppola.

 

     © AFP / V.HACHE

 

 

19h35 : après la confirmation de Leonardo DiCaprio à Gilles Bouleau qu'il ne faisait qu'une pause temporaire dans sa carrière, Emma Watson déclare que non, elle ne sera pas l'Anastasia de l'adaptation de 50 nuances de Grey. Elle vient de sauver sa filmographie d'une tâche inutile.

 

 

19h36 : le Palmomètre ! Je vous introduis aujourd'hui à son jury : Xavier Leherpeur de Studio Ciné Live, Guillemette Odicino de Télérama, Philippe Dupuy de Nice Matin, Mathilde Lorit de Rolling Stone, Jean-Marc Lalanne des Inrockuptibles, Florence Ben Sadoun d'Elle.

 

¤ Le Passé (d'Asghar Farhadi) : 7,5/10

Il est bel et bien présent dans le coeur des critiques. On retient : "juste", "beau" et les éloges faites au casting, entre douceur et intensité. Et qu'il a fait pleurer Nicole Kidman.

 

¤ A Touch of Sin (de Jia Zhang-Ke) : 6,5/10

Le film étonne. On retient : une certaine violence et un film un peu long, mais néanmoins "drôle" et avec des acteurs "excellents".

 

Et la palme du 17 mai est attribuée à... Jeune et Jolie et Le Passé !

 

 

 

 

 

20h03 : le Grand Journal - la suite avec deux jurés, Daniel Auteuil et Christoph Waltz, qui n'ont le droit de rien dire - c'est bien simple, ils ne devraient même pas être là.

 

20h09 : mouvements de foule au Grand Journal, tout le monde quitte le plateau, l'émission est coupée sur les derniers mots de Daphné Burki : "il y a un mec qui tire..." Que se passe-t-il ?!

 

20h14 : Le Petit Journal prend la suite sans explication...

 

20h20 : une photo sur Twitter : oui, en effet, c'est tendu... A quand les informations ?!

 

20h25 : sur le compte Twitter du Grand Journal : "Incident en marge du Grand Journal terminé, tout le monde va bien, on reprend l'antenne dans quelques instants". Soulagement !

 

20h27 : il semblerait que l'homme qui a tiré sur la foule aurait été arrêté...

 

20h30 : bon, il semblerait aussi que ce soit des pétards... A prendre avec des pincettes, mais il est vrai que Twitter se sera révélé particulièrement utile. Madame la maîtresse de cérémonie, vous êtes déjà servie !

En attendant, le Petit Journal tourne mais je n'en ai cure.

 

20h32 : reprise du direct dans cinq minutes !

 

20h38 : quand on voit les tweets... Après la panique, la raillerie. Ecoeurant. On crache sur Michel Denisot. Non mais sérieusement, c'est facile de se moquer après coup, mais lorsqu'on le vit ! On ne réfléchit pas. On réagit. On se protège. Et on a peur ! Surtout au vu du climat actuel...

 

20h40 : reprise du Grand Journal. Michel Denisot explique. Un homme a tiré deux coups à blanc, a dit à sa voisine de ne pas rester là s'il était elle. Il possédait une grenade factice.

Et bien moi je dis bravo, au public, aux invités et aux journalistes de reprendre le direct. On sent que la peur est toujours là, Michel Denisot a la voix blanche. Mais the show must go on !

 

20h46 : les camions estampillés "intervention télévisée de canalisation", (fausse bien sûr, mais les camions sont véritables) filiale de Canal +, qui filme chez vous par vos canalisations, donnent vie à la première chaîne assumée de voyeurisme. Chris Esquerre redonne un peu le sourire.

 

20h52 : vidéo "archive" de Christoph Waltz en combinaison moulante à rayures... Christoph Waltz rit en se souvenant du bon vieux temps, et nous aussi.

 

20h53 : "si François Hollande était un acteur...  ce serait la catastrophe !" Ce n'est pas moi, c'est la jeune actrice du Passé, Jeanne Jestin qui le dit !

 

20h54 : on quitte le Grand Journal où plane toujours le spectre de la fausse fusillade... Retour à la normale demain, mais je pense qu'il ne faudra pas de mouvements trop brusques aux alentours les prochains jours !

 

21h24 : article du Monde qui confirme que l'homme a été arrêté. Il aurait fait usage d'un pistolet d'alarme et aurait bien en sa possession une grenade factice. La vidéo du mouvement de panique au Grand Journal :

Des tirs à blanc sur le plateau du Grand Journal

 

 

22h00 : je me rends compte que je ne parle pratiquement que des films en compétition. Il y en a beaucoup d'autres, et les montées des marches sont également plus nombreuses que l'aperçu que je vous donne. Mais il faut faire des choix, je ne peux parler de tout, mais n'hésitez pas à suivre les autres oeuvres de la sélection officielle (ou non) à travers les tapis rouges (ceux d'aujourd'hui), photocalls, interviews, bandes-annonces, premières critiques. Il y a tant à voir de Cannes, à entendre, à découvrir !

 

N'oubliez donc pas :

 

¤ Un Certain Regard, présidé par Thomas Vinterberg et jugé par Enrique Gonzales Macho, Ludivine Sagnier, Ilda Santiago et Zhang Ziyi. C'est une "petite" compétition officielle (sans que "petite" soit le moins du monde péjoratif), qui récompense des réalisateurs souvent peu connus et des films plus atypiques. La sélection 2013 se trouve ici.

 

© FDC / F.LACHAUME (le jury d'Un Certain Regard : Enrique Gonzales Macho, Ilda Santiago, Ludivine Sagnier, Thomas Vinterberg et Zhang Ziyi)

 

 

¤ La Cinéfondation & court métrage, présidée par Jane Campion et jugée par Maji-da Abdi, Nicoletta Braschi, Nandita Das et Semih Kaplanoglu. Elle récompense un court ou moyen-métrage d'école de cinéma présenté en sélection.

 

 

¤ La Caméra d'Or, présidée par Agnès Varda et jugée par Michel Abramowicz, Gwénolé Bruneau, Isabel Coixet, Eric Guirado, Chloé Rolland et Régis Wargnier. Elle récompense un premier film présenté en compétition ou dans les sélections d'Un Certain Regard, de la Quinzaine des Réalisateurs ou de la Semaine de la Critique.

 

© FDC / T. Delange

 

 

 

Et deux sections parallèles du Festival :

 

¤ La Quinzaine des Réalisateurs : elle est non compétitive, se donnant pour objectif de "découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les oeuvres de réalisateurs reconnus". Elle présente cette année 21 longs métrages et 8 courts métrages dont vous trouverez la liste ici.

 

¤ La Semaine de la Critique : soeur aînée de la Quinzaine, elle a la même ambition de révéler des jeunes cinéastes de tous les horizons dans un "mélange d'exigence et de curiosité". Sa sélection 2013 est ici.

 

 

 

Il existe d'autres sections parallèles, que je connais moins : Cinéma de toujours, Cannes Classics, qui présente des grands films restaurés et des documentaires, et la Programmation de l'Association pour le cinéma indépendant et sa diffusion, mettant en avant des oeuvres souvent sans distributeur. Enfin, sont projetés à Cannes des films n'appartenant à aucune sélection : Hors Compétition, Séances spéciales et Séances de minuit.

 

De quoi faire une overdose de cinéma pour les enjeux qui profitent sur place des séances cannoises !

Rédigé par Captain Mel

Publié dans #Cinéma, #Festival de Cannes

Commenter cet article