Mon Festival de Cannes - jour 8

Publié le 22 Mai 2013

© FDC / L. Otto-Bruc - Robert Redford à la conférence de presse d'All is Lost

© FDC / L. Otto-Bruc - Robert Redford à la conférence de presse d'All is Lost

 

Jour 1 - mercredi 15 mai

 

Jour 2 - jeudi 16 mai

 

Jour 3 - vendredi 17 mai

 

Jour 4 - samedi 18 mai

 

Jour 5 - dimanche 19 mai

 

Jour 6 - lundi 20 mai

 

Jour 7 - mardi 21 mai

 

 

 

Jour 8 - mercredi 22 mai

 

11h52 : découverte du programme du jour.

Deuxième collaboration entre Nicolas Winding Refn et Ryan Gosling, Only God Forgives s'annonce aussi violent et mutique que Drive, autour d'une histoire de vengeance réclamée par une mère vulgaire (Kristin Scott Thomas) à son fils (Ryan Gosling) dans l'atmosphère envoûtante et trompeuse d'un club de Bangkok. Reparti avec le Prix de la mise en scène en 2011 pour Drive, Nicolas Winding Refn convaincra-t-il de nouveau ? Au Jury de trancher.

 

© AFP (Rhatha Phongam, Nicolas Winding Refn et Kristin Scott Thomas)

 

 

En ce qui concerne le deuxième film en compétition aujourd'hui, comme je suis le Festival de Cannes depuis maintenant trois ans, il me semblait avoir déjà entendu parler du réalisateur, ou du moins de son précédent film, Un homme qui crie. Et en effet, ce dernier a reçu le Prix du Jury en 2010, et Mahamat-Saleh Haroun est devenu membre du Jury l’année suivante. Grigris raconte l’histoire d’un jeune homme paralysé d’une jambe, qui rêve de devenir danseur, mais qui n’a d’autres choix que de devenir trafiquant d’essence lorsque son oncle tombe malade. Un extrait avait été projeté au Cercle dimanche, et j’avoue avoir été impressionnée par cette scène de danse spectaculaire d’un jeune homme au corps presque désarticulé. Je dois avouer que cette scène m’a, pendant un court moment, rappelé Intouchables (le costume, les lumières, la félicité qui ressort), et cela a eu le mérite de me faire remarquer ce film tchadien.

 

© FDC / T. Delange (Mahamat-Saleh Haroun)

 

 

 

19h12 : Jamel Debbouze au Grand Journal ! Arrivée plein de pep's qui réchauffe le plateau ! Il a présenté en avant-première à 450 lycéens Né Quelque part de Mohamed Hamidi, l'histoire d'un jeune français qui découvre l'Algérie aux côtés de son cousin.

 

19h13 : Robert Redford sur le tapis rouge pour le nouveau film de J.C. Chandor, All is Lost, sans dialogue et qu'il porte intégralement sur ses épaules.

 

© FDC / F. Lachaume

 

 

19h15 : l'équipe fait bien de rappeler que Jamel Debbouze a reçu un Prix d'interprétation collectif pour Indigènes en 2006.

 

source

 

 

19h24 : Agnès Varda et Ludivine Sagnier complètent le plateau.

 

19h26 : Né quelque part, film joyeux et rassembleur, célébrant la famille et la diversité sans clichés selon les avis glanés sur le plateau, et très apprécié par les lycéens. Rendez-vous en salles le 19 juin !

 

19h34 : retour sur la polémique de François Ozon, qui avait déclaré que "beaucoup de femmes fantasment de se prostituer". Après des excuses sur Twitter, la meilleure réponse est encore le conseil de Ludivine Sagnier (qu'il avait dirigée dans Swimming-Pool) : celui d'"approfondir sa connaissance des femmes".

 

19h35 : on apprend que Né quelque part, en plus de la Séance spéciale pour les lycéens, concourre aussi pour la Caméra d'Or (il a été ajouté à la sélection officielle la veille du début du Festival) !

 

 

19h36 : Palmomètre double, avec les films en compétition hier et aujourd'hui, et ce qu'on retient avant tout c'est qu'ils divisent les critiques !

 

¤ Un Château en Italie (de Valéria Bruni-Tedeschi) : 6/10

Un peu trop auto-centré. On retient : d'un côté, "oubliable, mou et plaintif", de l'autre "touchant, drôle et délicieux" : en conclusion, "pas complétement accompli" mais "élégant".

 

¤ La Grande Bellezza (de Paolo Sorrentino) : 6,2/10

On va de la "Palme" à l'épreuve" ! On retient : d'un côté, la "déception" provoqué par un film "ostantatoire, réac, pachydermique, antipathétique", de l'autre on souligne le "lyrisme, l'intensité et l'extase" ; les critiques s'accordent cependant sur l'"immense" talent de Toni Servillo.

 

¤ Ma vie avec Liberace (de Steven Soderbergh) : 6,7/10

Coup de coeur partagé pour le dernier Soderbergh. On retient : l'humour "décalé d'un film à la fois "piquant, bouleversant et suprenant" avec "beaucoup de coeur", qui doit beaucoup à ses deux acteurs auxquels les critiques du jour donneraient bien un double Prix d'interprétation.

 

¤ Only God Forgives (de Nicolas Winding Refn) : 6,8/10

 Un "bon film". On retient : visuellement "superbe et stylisé" avec une Kristin Scott Thomas "extraordinaire" en "queen bitch', le film est "punchy", "prend aux tripes", va "dérouter", peut-être par son côté "freudien" et "érotico-fétichiste".

 

¤ Grigris (de Mahamat-Saleh Haroun) : 5,5/10

Avis "en demi teinte". On retient : un film "lisse, naïf voire artificel" d'un côté, "assez juste, très bien filmé et avec beaucoup de charme" de l'autre, notamment grâce à des scènes de danse spectaculaires et la révélation d'un danseur "en or", Soulémane Démé.

 

Et  la palme du 22 mai est attribuée à... Tel Père, tel fils !

 

 

 

19h37 : pas de montée des marches au Grand Journal aujourd'hui, mais les voici en photos ici.

 

D'abord celle de Grigris., avec Soulémane Démé, Anaïs Monory, Mahamat-Saleh Haroun et Florence Stern.

 

© FDC / F. LACHAUME

 

 

Suivie par celle d'All Is Lost, présenté à hors compétition.

 

© FDC / AFP

 

 

Et on finit avec le tapis rouge d'Only God Forgives, où l'on ne peut s'empêcher de regretter l'absence de Ryan Gosling, même si les actrices, Kristin Scott Thomas en tête, sont resplendissantes.

 

© AFP

 

 

 

20h03 : deuxième partie du Grand Journal avec Julien Doré, Audrey Fleurot, Jonathan Coen et Grégory Gadebois pour Pop Redemption de Martin Le Gall (comédie autour d'un groupe de heavy metal), mais sans moi, dernières révisions obligent !

 

20h14 : retour sur l'absence de Ryan Gosling, dûe au tournage de sa première réalisation, How to Catch a Monster, et le refus de sa compagnie d'assurance de l'envoyer à Cannes...

Rédigé par Captain Mel

Publié dans #Cinéma, #Festival de Cannes

Commenter cet article