Mon Festival de Cannes - jour 9

Publié le 23 Mai 2013

© FDC / T. Delange - Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos au photocall de La vie d'Adèle

© FDC / T. Delange - Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos au photocall de La vie d'Adèle

 

Jour 1 - mercredi 15 mai

 

Jour 2 - jeudi 16 mai

 

Jour 3 - vendredi 17 mai

 

Jour 4 - samedi 18 mai

 

Jour 5 - dimanche 19 mai

 

Jour 6 - lundi 20 mai

 

Jour 7 - mardi 21 mai

 

Jour 8 - mercredi 22 mai

 

 

 

Jour 9 - jeudi 23 mai

 

 

11h30 : découverte du programme du jour, en commançant par Nebraska d'Alexander Payne. J’ai entendu parler d’Alexander Payne par The Descendants, portrait d’une famille déstructurée que reconstruit peu à peu le père interprété par George Clooney. Nebraska a également comme protagoniste principal un père, alcoolique, qui entraîne son fils à travers les Etats-Unis pour aller récupérer son million de dollars gagné à un jeu. Histoire de famille, histoire de voyage, peut-être même histoire de voyou, le tout en noir et blanc.

 

© FDC / L. Otto-Bruc

 

 

Librement adapté d’une BD, Le bleu est une couleur chaude, La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche voit Adèle, interprétée par Adèle Exarchopoulos, grandir en découvrant l’amour aux côtés d’une Léa Seydoux aux cheveux bleus. On le dit un brin sulfureux, il est assurément long (3h), toujours est-il que Léa Seydoux est une actrice entière, que je n’ai (pour l’instant) découverte que dans des rôles secondaires, et qu’Abdellatif Kechiche, dont j’ai entendu parler de tous les films, semble savoir construire des histoires réalistes, parfois gênantes mais attachantes – mais ce ne sont là que les bribes perçues au travers des bandes-annonces et critiques…

 

© FDC / T. Delange

 

 

 

 

23h00 : Le Grand Journal en replay. Les invités de la première partie : Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos pour La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche, dont on parle beaucoup, et en bien. Les deux actrices reviennent sur la liberté laissée par le réalisateur pendant le tournage, l'intensité de ce tournage (elles ont passé jusqu'à deux semaines sur une scène), les 750 heures de rush, l'amour qui est au centre du film plus que l'homosexualité elle-même, un film non pas politique comme le voudrait le contexte mais un hymne à la tolérance et à la découverte de la passion. Un film qui m'intrigue de plus en plus : je n'ai pas lu la BD dont il est tiré, mais je prends rendez-vous pour sa sortie le 9 octobre.

Léa Seydoux est aussi présente dans un autre grand film célébrant l'amour, Grand Central de Rebecca Zlotowski, sélectionné dans la catégorie Un Certain Regard.

 

 

23h08 : le Palmomètre, qui confirme la suprémacie de La Vie d'Adèle sur le Festival.

 

¤ Nebraska (d'Alexander Payne) : 4,5/10

"Pas méchant" mais sans intérêt. On retient : "prévisible", "faussement arty", "artificiel" voire "insupportable/consternant/gavant" malgré un casting "chouette".

 

¤ La Vie d'Adèle (d'Abdellatif Kechiche) : 8,5/10

Deux "Waouh" et une Palme, ou du moins un prix quasi assuré pour un film "rare" qui "réunit toute la vie". On retient : tous les superlatifs, "sublime, sensuel, charnel, tendre, remuant, magnifique, torride, magistral, choc", les critiques soulignant l'"immense cinéaste" qu'est Abdellatif Kechiche et le talent des deux actrices auxquelles pourrait facilement revenir un double Prix d'interprétation pour la performance "fantastique, extraordinaire, incroyable" de la "révélation" Adèle Exarchopoulos et celle "épatante, irrésistible, bouleversante" de Léa Seydoux.

 

Et  la palme du 23 mai est attribuée à... La Vie d'Adèle !

 

 

 

23h15 : l'équipe des Profs de Pierre-François Martin-Laval sur le plateau. Je n'ai pas le temps de les suivre avec beaucoup d'attention, quoique j'apprécie la fraîche et courageuse baignade de Kev Adams et Pef !

 

23h22 : les montées des marches.

 

Pour commencer, celle de Nebraska.

 

© AFP / A-C. POUJOULAT

 

 

Et le très attendu tapis rouge de La Vie d'Adèle, dont on ne peut nier l'élégance, quoique je préfère les deux actrices au naturel.

 

 

© AFP

 

 

23h25 : Le Grand-Journal la suite avec les voix des Guignols : Yves Lecoq, Daniel Herzog, Sandrine Alexis, Thierry Garcie et Marc-Antoine Le Bret. Plateau forcément talentueux et drôle !

Et un live de choix : Muse !

 

 

 

23h41  : Guillaume Canet à Grand Public ; retour sur le tournage de Blood Ties,  petite bataille contre les studios et les règles de tournage américaines (dont j'avais déjà eu les détails dans une interview de Première), et surtout grande bataille contre lui-même, Guillaume Canet étant un homme exigeant, bourreau de travail, engagé jusqu'à l'épuisement.

Je l'avais briévement rencontré à l'issue d'une projection de Jappeloup, il était simple et adorable.

 

00h27 : Léa Seydoux résume en un mot l'expérience du tournage de La Vie d'Adèle : l'"abandon".

 

00h37 : la semaine cannoise de Grand Public, bref résumé de ce que j'ai pu voir, entendre et lire, mais avec quelques images inédites de Steven Spielberg et Aurélie Filippetti.

 

00h42 : je me rends compte que je n'ai pas parlé de la venue de Bérénice Béjo et Tahar Rahim au Grand Journal, que j'avais visionné il y a quelques jours. On en apprend un peu plus sur les techniques d'Asghar Farhadi pour construire le couple formé par les deux acteurs dans le film, notamment des répétitions sembables à celles de théâtre. Et on découvre le jeune et timide Elyes Aguis, touchant et étonnant dans Le Passé.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Rédigé par Captain Mel

Publié dans #Cinéma, #Festival de Cannes

Commenter cet article